Comment ça marche...

Le Blog Dont Vous Êtes Le Héros s'inspire des livres dont vous êtes le héros. Un début d'histoire va vous être proposé mais c'est vous qui allez écrire la suite ! Chaque jour, une nouvelle étape. A la fin, vous devrez voter pour la solution qui vous semble la plus opportune, comme si vous étiez le héros de l'histoire. Dès le lendemain, l'histoire continuera selon la volonté de la majorité des votants.

Les Règles...

    1- Une seule et unique mise à jour par jour.
    2- La majorité des votes décide de la suite de l'histoire.
    3- En cas d'égalité, je décide de la suite tout seul.
    4- Les commentaires peuvent influencer l'histoire.

K et ses amis

Pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, si vous ne l'avez pas encore fait, sachez que vous pouvez vous abonner à ce site par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

Précédemment dans “Si j’aurais…”

La nuit fût courte, très courte.
Si l’un des gendarmes accepta de couper la dernière sirène, il refusa d’éteindre les gyrophares. Et de toute évidence, cette dernière demande était vraiment exagérée.

J’avais donc passé le reste de la nuit allongé dans ma voiture, les pieds à l’air, utilisant une veste comme couverture. Frigorifié, mon sommeil fût plus que troublé. Je pensais à cette pauvre fille, à mon chien qui devait défiler fièrement devant ses potes de la forêt pour leur montrer ce qu’il venait de trouver. Et puis, ma conscience me travaillait : j’aurais du parler des nichons. Trop tard cependant. Je n’avais aucune envie que de si précieux détails étrangement oubliés n’aiguisent l’envie pour le Jack local de jouer avec l’une de mes rotules.

En parlant du loup… Alors que le soleil était levé depuis une petite demi-heure, le chef venait à mon encontre. Armé d’un sourire chaleureux, il me faisait signe de baisser ma vitre : “Monsieur, nous devons encore travailler sur le lieu du… euh dans la forêt. Prenez une bonne douche, mangez un morceau. Dès que nous aurons fini ici, nous vous demanderons de venir à la Gendarmerie pour faire une déposition. Vous pourrez ensuite rentrer chez vous”.

Les mystères du cerveau. Tandis que j’avais trouvé un corps et peut être rendu un fier service à la famille de la disparue, je ne pensais qu’à une seule chose dont je ne pouvais trouver la réponse puisque n’arrivant pas à capter la moindre radio : le PSG a-t-il gagné hier ?

Après quelques minutes, je trouvais finalement le courage suffisant pour glisser mes pieds dans mes chaussures froides et boueuses. Direction, la maison, la chambre pour un rapt de fringues et la douche. Avant de prendre ma dose d’eau chaude, je mettais en route le poste toujours posé dans la salle de bain. Elle a toujours aussi bon goût.

Propre et déguisé des fringues (de gros snobe) du mec de mon ex et alors que je m’apprêtais à partir à la recherche d’une boulangerie, un jeune gendarme me proposa de troquer deux pains au chocolat contre un café bien chaud. Assis autour de la table et passées les banalités que l’on peut se raconter, je tentais de glaner des informations sur ma découverte.
Peu loquace, il semblait surtout peu au courant. Notre petit déjeuner englouti, chacun retourna à ses occupations : lui tournait autour de son camion et moi, je le regardais tourner.

Soudain, trois grosses berlines débarquèrent dans la cour de la maison. Ces cons se prennaient pour des flics du FBI : vitres teintées et dérapages au frein à main pour s’immobiliser. La grande classe. Cette discrète arrivée eut le mérite de dynamiser la foule présente. En un instant, le chef arrivait, accompagné de tous ses collègues. Je n’entendais pas ce qu’ils se disaient mais l’échange semblait musclé.
Après quelques cris, échanges de documents et coups de téléphone, le chef leur indiquait la maison, enfin le perron de la maison ou plutôt celui qui était perché dessus : moi !

A l’exception du plus grand, qui dans un excès de bon goût arborait de superbes chaussettes, ils étaient impeccablement vêtus de costumes noirs. Aurais je trouvé un extra-terrestre ?
De toute évidence, ma première impression était la bonne : ils étaient de vrais gros cons ! Arrogants, directifs, suspicieux. J’étais en train d’atterrir dans un mauvais téléfilm américain. Les questions se succédaient à un rythme insupportable, d’autant qu’elles étaient toujours les mêmes, formulées différemment. “Non, je ne connais pas cette personne. Non, je n’habite pas ici, c’est la maison de mon ex-femme. Non, ce n’est pas mon ex dans la forêt, elle est en train de se faire bronzer le nombril. Non, je ne suis pas allé en Russie, ni cette année, ni les autres d’ailleurs…”.
Avouer. Avouer pour que ça s’arrête. Je commençais à comprendre comment les gens se mettaient à raconter n’importe quoi en garde à vue. Seul problème pour eux : quand il faut jouer au con, aux grands regrets de ma mère, je suis toujours certain de gagner !
Visiblement peu convaincus par mes déclarations, ils décidaient toutefois de passer à autre chose et partirent aussi vite qu’ils étaient arrivés. Passablement énervé par ces boeufs, je m’apprêtais à me défouler sur le chef de la gendarmerie quand ce dernier, d’une voix sincère, me présenta toutes ses excuses pour ce qui venait de se passer et me promis que la déposition à la gendarmerie serait rapide.
Effectivement, moins d’une heure plus tard, le fourgon me raccompagnait à la maison. Sympa, le gendarme me laissa même m’amuser avec la sirène à travers champs.
Une fois parti, je me retrouvais seul dans la cour de la maison. Hugo était allongé devant la porte de la maison, sa tête reposant… sur la prothèse. “Allez en voiture et lâche ce nichon !”.

Si ce qui distingue le plus mon chien de mon ex est de toute évidence sa pilosité, il est certain qu’ils se rapprochent sur un autre point : ils ne m’écoutent jamais, l’un comme l’autre.
Quelques heures après mon arrivée, je me retrouvais donc sur l’autoroute, mais dans l’autre sens, avec en plus, un chien allongé à l’arrière de ma caisse, nettoyant à grands coups de langue un sein qui ne lui appartenait pas.

Autoroute. Essence. Péage. Périph bouché. Gros cons aux volants. Je suis presque arrivé.
Bouchons. Gros cons aux volants. Cadre bcbg en vélo. C’est bon, je suis arrivé. Paris, je suis de retour.
Mon parking était dans mon immeuble. Privilège relativement rare pour le souligner. Hugo n’avait pas voulu lâcher son nichon. Pourvu que je ne croise personne et surtout pas l’étudiante en médecine de l’étage du dessous : un pantalon en velours, une chemise à carreau et un chien mordillant l’ex-sein d’un cadavre, il en faut souvent moins pour faire fuir une ravissante jeune femme.
Arrivé au 3ème étage, je me dirigeais vers mon appartement quand… “merde, ma porte est ouverte” !

1- Oh putain, là c’est trop ! Furieux de la galère des dernières heures, je débranchais mon cerveau et, suivi de mon fidèle clébard, je rentrais dans l’appart en hurlant “Je vais tous vous buter !”

2- Ils sont peut être encore dedans. De peur d’être surpris, je me dirigeais vers la porte de l’escalier de secours. Une fois derrière la porte, j’appelais la police.

3- Ils sont peut être partis… ou pas. “Hugo, vite vas à la maison, je t’ai laissé trois poulets vivants pour le déjeuner”. Le chien entra, son nichon à la gueule.

Que dois-je faire ?

  • 1- Entrer en hurlant et taper sur tout ce qui bouge (40,0%, 19 Votes)
  • 2- Me cacher et appeler la Police (15,0%, 7 Votes)
  • 3- Envoyer mon chien en éclaireur (47,0%, 22 Votes)

Nbre de votes: 47

Loading ... Loading ...

Invitez par mail vos amis à voter Invitez par mail vos amis à voter

10 commentaires pour : “K et ses amis”

  1. Alexandra a déclaré haut et fort :

    Je suis pour la planque et l’appel aux keufs! Mais c’est pas gentil pour le chien! Le pauvre, il part en éclaireur, ça peut être dangereux…

  2. Julien a déclaré haut et fort :

    Ceci dit, peut être que rien de cela ne serait arrivé s’il était allé pisser aux toilettes et non dans la forêt ;)

  3. manon a déclaré haut et fort :

    décidément je vais de surprises en surprises (je ne parle pas que de l’histoire!!!)
    J’adore ce concept, je trouve cette idée géniale et vous félicite…
    je suis forcément pour le chien…
    vivement la suite

  4. Kaayru a déclaré haut et fort :

    J’aime beaucoup les liens vers les photos et les musiques, super boulot! :)

  5. Coin Coin a déclaré haut et fort :

    On entre et on tape dans tout ce qui bouge ! =) sa va bien avec l’état d’esprit du personnage je trouve^^et puis il a le talent de se foutre dans la merde alors si “ils” sont encore là il finira en beauté cette journée de la loose^^
    A demain

  6. Julien a déclaré haut et fort :

    Ah ah ! le vote est serré ce soir ! Qui du chien ou du héros entrera le premier… le suspens reste entier !

  7. Cyril a déclaré haut et fort :

    Argh j’ai pas été assez rapide !!!
    Je voterai sur la prochaine mais pour le coup j’aurai pris la suite #1.

  8. Julien a déclaré haut et fort :

    Point de regrets dans ce cas, tu n’aurais pas fait basculer le vote ! Mais demain tu auras toute la journée pour voter et s’il le faut mettre en place un lobby pour te suivre ;)

  9. Le Blog Dont Vous Êtes Le Heros »  Les “sacs” a déclaré haut et fort :

    [...] 2- Comment le second nichon avait fait pour s’envoler. Mon foutu chien n’y était pour r… [...]

  10. Le Blog Dont Vous Êtes Le Heros »  Pan pan pan a déclaré haut et fort :

    [...] Précédemment dans “Si j’aurais…” [...]

Laissez un commentaire

Un Jour, Un Dessin

Il semble que ce soit votre première visite : soyez le ou la bienvenu(e) !
Pour tout comprendre du site, je vous invite en premier lieu à lire nos règles.
Ensuite, prenez quelques minutes et lancez vous dans l'aventure : commencez par le premier épisode et vous ne pourrez plus vous arrêter.
Enfin, pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, je vous conseille de vous abonner par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

DANS L'ORDRE

    Invitez Vos Amis








    Powered by OpenInviter.com

LES PERSONNAGES

ILS L'ONT DIT

ABONNEZ VOUS

Recent Readers. These are the cool and trendy people that reads my blog!Recent Readers

Beurk... Fuck 100% bon Journée de mer** Espagne... ah ! Punk Attitude Régime d'hiver