Comment ça marche...

Le Blog Dont Vous Êtes Le Héros s'inspire des livres dont vous êtes le héros. Un début d'histoire va vous être proposé mais c'est vous qui allez écrire la suite ! Chaque jour, une nouvelle étape. A la fin, vous devrez voter pour la solution qui vous semble la plus opportune, comme si vous étiez le héros de l'histoire. Dès le lendemain, l'histoire continuera selon la volonté de la majorité des votants.

Les Règles...

    1- Une seule et unique mise à jour par jour.
    2- La majorité des votes décide de la suite de l'histoire.
    3- En cas d'égalité, je décide de la suite tout seul.
    4- Les commentaires peuvent influencer l'histoire.

Qui ne saute pas

Pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, si vous ne l'avez pas encore fait, sachez que vous pouvez vous abonner à ce site par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

Précédemment dans “Si j’aurais…”

Les sourires se crispaient. Seuls K et mon voisin de droite parlaient. Cela me faisait penser vraiment à du russe. Culturellement, il faut dire que je suis très calé dans ce domaine. J’ai passé de longues heures à les étudier en profondeur enfoncé dans mon canapé. Mais, sans doute le ton employé et les pistolets prêts à être dégainés me faisaient douter de leur intention de passer à l’ouest.

Tout le monde semblait m’avoir oublié. Pas un regard, pas une attention. Pas même une fleur ou un demi. Rien. Whalou ! Étant de toute évidence de trop, je décidais de partir doucement par la gauche, afin de ne pas perturber la conversation. Si cela semblait être la meilleure décision, cela devait l’être avant tout pour mon dentiste. A peine avais-je entamé mon second pas que mon voisin de gauche, sans ouvrir sa bouche ni sortir son pistolet, me fit comprendre que je ne devais pas aller plus loin. Son bras tendu, de la taille de mes mollets, venait de rebondir sur mon visage. Effet garanti. On bouge plus.
L’attroupement n’avait pas été perturbé par ma tentative de fuite. Toujours pas un regard pour moi. Pas même une poche de glace pour ma joue qui me faisait tant souffrir. Salauds !

Tout d’un coup, la situation sembla se débloquer. K, après avoir lancé une phrase pleine d’autorité, saisit mon bras et me tira de son coté. Une fois de plus, avant d’avoir effectué mon second pas, celui qui venait de me transformer en demi-hamster me saisit par l’autre bras pour me tirer à lui.

Et dire que pendant ce temps, personne ne bronchait ! Il y avait du monde partout. Des flics, des touristes, des gens qui allaient bosser. Tout le monde nous regardait. Mais tout le monde baissait la tête en passant devant nous.

La situation se tendait à tel point que je commençais à percevoir une odeur de sapin. Et s’il s’agissait de mes derniers instants de vie ? Je vais pas finir ici, sur le trottoir ! A mourir jeune, autant terminer ivre mort après une nuit d’excès dans le plus bel endroit de Paris !

Non, je ne pouvais pas accepter cette fin. D’autant que n’ayant jamais eu de sentiments anti-russes et ayant toujours payé mes impôts et mes PV à temps, je ne voyais aucune raison légitime à terminer avec une balle russe ou française dans mon corps.

Au loin, une bande de jeunes, passablement ennervés, arrivait. Ils portaient tous des écharpes du PSG. Vu leur état, leurs discussions agitées, c’était évident : Paris avait pris une branlée. Encore. La tension était déjà palpable ces dernières semaines. Là, j’imagine que ce devait être l’effervescence. Vue l’heure, ils avaient du faire le déplacement jusqu’à l’entraînement des joueurs pour leur expliquer, avec leurs mots, leur mécontentement.

Eux aussi passèrent devant nous sans broncher. Seul le Paris Saint Germain les intéressait. Seul le Paris Saint Germain et… Je tenais ma porte de sortie ! Mettant de coté les éventuelles conséquences de ce que je m’apprêtais à faire, je raclais ma gorge et hurlais à leur passage “Allez l’OM !!!“.

Le groupe stoppa net. Une bonne vingtaine de nouveaux yeux se fixaient sur moi. K comprit tout de suite la situation leur présenta ses excuses tout en me mettant une bonne bouffe sur ma joue déjà gonflée. Après quelques insultes et noms d’oiseau, le groupe fit demi-tour. Mon plan avait échoué. A moins que… “Paris on t’encule ! Allez l’OM ! Vive Bernard Tapis ! Paris paris on…”. J’étais allongé par terre, le souffle coupé par un poing russe ayant fait connaissance avec moi foie. A croire que même en Russie on connaît les chants culturels français.

Ma dernière tentative avait cependant fonctionné. Le groupe furieux revenait. Les insultes fusaient de toute part. Ne pouvant plus hurler d’insanités sur mon équipe préférée, je mettais toute mon énergie à fixer droit dans les yeux le plus énervé du groupe et à lever fièrement mon majeur à son encontre. C’était parti. Coups de pied. Coup de poing. Un des supporters enrageait sortit une matraque. Ouillaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaade comme on dit dans le sud.

Déclencher une bagarre générale Boulevard Sébastopol n’est pas chose aisée. Dans une autre situation, j’aurais pu être fier de cet exploit. Là, non. La violence était étonnante. Et la cavalerie ne mit pas longtemps à arriver. Moins d’une minute après le début des hostilités, de nombreux CRS, stationnés à quelques mètres de là, arrivaient. Dès leur arrivée, ils se concentrèrent sur les supporters enragés. K, ses amis et les Russes en profitèrent pour s’éclipser. Une dizaine de minutes plus tard, j’étais jeté dans la cellule du commissariat des halles. Par bonheur, le policier avait accepté de ne pas me mettre dans la même cellule que celle des supporters.

Moins d’une demi-heure plus tard, un policier m’invitait à le suivre. Il m’invita à entrer dans une salle d’interrogatoire où m’attendait K ! Bordel mais qu’est ce qu’il fout là !

K, après m’avoir félicité pour ma baston qui lui avait couté une bonne griffure sur son costume, me posa une série de questions sur les Russes. Oui, ils sont bien russes. C’est la seule information qu’il daigna me donner avec une autre que je connaissais déjà : ils sont extrêmements dangereux.

K refusa de m’indiquer qui il était, s’il était de la Police ou de je ne sais quoi. Incapable de donner de lui nouveaux renseignements, il semblait toutefois convaincu par mes déclarations et finit par m’indiquer que j’étais libre et me conseilla de faire attention à moi.

Il appela un policier qui m’escorta jusqu’à la sortie du commissariat.

Ma libération avait été aussi rapide que surprenante. Sans doute K pensait que je mentais sur de nombreux points et il voulait sans aucun doute me suivre. J’ai intérêt à être prudent.

1- Il faut que je retourne voir Hugo. Je ne peux pas le laisser comme ça se vidant de son sang dans mon appartement. Je vais prendre différentes lignes de métro avant d’y aller histoire de perdre mes éventuels poursuivants.

2- Il faut que j’aille tout raconter à un journaliste. Une fois que l’histoire sera connue de tous, les Russes me foutront la paix ! “Taxi ! Amenez moi…”.

3- De toute façon, ils vont bien finir par comprendre que je n’ai rien à voir dans cette histoire. Il me faut un remontant. Allez, au café. Rien de tel qu’une bonne cuite le matin.

Que dois-je faire ?

  • 1- Foncer chez moi voir Hugo (68,0%, 21 Votes)
  • 2- Foncer voir un journaliste pour lui raconter toute l'histoire (19,0%, 6 Votes)
  • 3- Foncer dans un café boire des whiskyes (13,0%, 4 Votes)

Nbre de votes: 31

Loading ... Loading ...

Invitez par mail vos amis à voter Invitez par mail vos amis à voter

Ps : je vous prie de m’excuser pour le retard dans la publication de cet épisode. Pour que tout le monde puisse voter, les votes se poursuivront jusqu’à demain, 7h.

8 commentaires pour : “Qui ne saute pas”

  1. Willhyu a déclaré haut et fort :

    Voila des choix qui sont très différent et peuvent changer beaucoup de chose. Pas évident de décider.

    Je ne sais pas s’il peut avoir beaucoup d’espoir de revoir son chien (enfin celui de son ex)après tout ce temps.
    S’il s’imagine qu’il à été touché ça fait un peu longtemps et puis c’est tout de même un peu risqué de revenir chez lui bien que ce soit le plus naturel.

    Aller voir un journaliste ne lui apporterait pas grand chose (surtout qu’en fin de compte il ne sait toujours rien) à moins d’avoir un ami dans le milieu sinon le journaliste aura du mal à le croire à voir l’intérêt de l’affaire ou ne voudra s’impliquer dans un si incertain et dangereux sujet.

    Aller dans un café est, il me semble, la plus mauvaise idée pour lui. Déjà il ne doit pas être très présentable. Ensuite ça laisserait penser à K qu’il va y rencontrer quelqu’un et il risque fortement d’y être retrouvé par les russes qui n’ont surement pas l’intention d’en rester là.

    Ce qui aurait été original c’est qu’il retourne voir les agents pour leur parler de la chose qui ait pu le mettre dans cette situation: Les prothèses.
    Mais ça il à du l’oublier donc je pense que à la réflexion que le mieux est qu’il retourne chez lui mais plus pour essayer de comprendre que dans l’espoir d’y sauver son chien (même s’il peut être encore en vie).

    ps: je crois effectivement que je vais garder mon record pour un bon moment ^^ il faut dire que je ne manque pas d’imagination et en plus j’adore décortiquer les hypothèses et les bonnes histoires.

  2. Julien a déclaré haut et fort :

    Ca c’est certain ! Tu restes recordman ;) Du plus long billet mais également en cumulé ;) Ne t’arrêtes pas pour autant ;)

    Mais qu’est-ce qui te fait penser que ce sont les prothèses qui l’ont mis dans cette fâcheuse situation ?

  3. Willhyu a déclaré haut et fort :

    Parce que à part ça il n’y a rien dans ce qu’il à trouvé qui puisse être un indice potentiel.
    C’est la seule chose dont il n’ait jamais parlé qui a été déplacé et que les russe ont pu voir dans la gueule du chien. Ce qui expliquerait leur réaction automatique quand ils l’on vu arriver dans l’appartement.

  4. Odile a déclaré haut et fort :

    Moi je retournerais voir mon chien (et mon appart !) illico-presto, mais en demandant même aux flics de m’accompagner puisqu’il y a eu effraction…

  5. dainsleif a déclaré haut et fort :

    Comme tout lee monde le concept m’a conquis dès les premières lignes, et même avant, en effet, je suis un rôçliste passionné, et comme tout bon rôliste je connais et j’aime les livres dont vous êtes le héros. Lorsque je t’ai entendu sur le mouv’, j’ai eu envie d’en savoir d’avantage, félicitation donc pour ton idée de faire connaitre ce blog par la radio, et me voila donc quelques minutes plus tard (le temps d allumer mon ordinateur) sur internet en train de lire ces pages tout simplement géniales et a écrire ce commentaire…
    L’histoire est vraiment captivante et on se glisse vraiment -et facilement- dans la peau du héros ce qui rend ses aventures encore plus interessantes, ton style d écriture est vraiment sympa et est vraiment digne d etres edité en dehors de la toile…je me demande si tu ne pourrai pas te faire editer par un journal et faire comme certains grands auteurs, c’est à dire écrire un edito quotidien de cette aventure, ça serai un journal interactif, se serai génial de se reveiller et de lire la suite de l histoire en prenant son café…
    Trois fois Bravo!!! pour ce blog et cette idée, continu quoi qu il se passe, tu fera le bonheur de bon nombre d internotes…
    je suis en train de me rendre compte que j ecrit autant que Willhyu :)

  6. dainsleif a déclaré haut et fort :

    au niveau des protheses je suis d accord avec willhyu. je partirai aussi chez moi, c’est malgrès tout l’endroit l’endroit qu’on connait le mieux, il a peu etre un outil ou une arme qui pourrai le sortir de la merde où il est, de plus, ça m etonnerai que les russes l attendent chez lui, ils doivent surement l attendre pres du commiseriat, neansmoins ils n etaient pas chez le heros par hasard, is devaient chercher quelquechose qu ils n ont pas trouvée etant dérangés par le heros, et alors, ils pourrai y revenir pour finir leur recherche en toute tranquillité. De plus Hugo pourrai servir encore au héros, bien que pas tres obeissant, il a du flair(peut etre dans les deux sens du terme) et peut servir a se proteger contre d eventuels personnes ou animaux. Une question se pose à moi, pourquoi cette femme s est faites tuées près de la maison de l ex’ du heros, avaient elles des relations professionnels, son ex’ etait elle une agent double traitant dans les affaires franco-russes?? si j etais le heros, je retournerai sur les lieu du crime apres etre passé chez moi en effet, il y a peu etre des traces du criminel dans la foret,de plus, les policiers on l air d etre a la fois pas tres au courant des affaires de K&co. et en bon rapport avec le heros… en tout cas, le suspens est de mise!

  7. Julien a déclaré haut et fort :

    Que de compliments… Mille mercis ! Je n’avais pas pensé à la diffusion dans un quotidien. Mais malheureusement pour moi, c’est surtout les quotidiens qui n’ont pas (encore) pensé à diffuser notre héros ;).

    Je vois en tout cas que la compétition pour le commentaire le plus long et le plus passionnant vient d’être relancé avec un nouveau candidat ! Willhyu, fais attention, la concurrence devient rude !

  8. giemza a déclaré haut et fort :

    il faut retourner chez toi , en avertissant les flics et les journalistes

Laissez un commentaire

Un Jour, Un Dessin

Il semble que ce soit votre première visite : soyez le ou la bienvenu(e) !
Pour tout comprendre du site, je vous invite en premier lieu à lire nos règles.
Ensuite, prenez quelques minutes et lancez vous dans l'aventure : commencez par le premier épisode et vous ne pourrez plus vous arrêter.
Enfin, pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, je vous conseille de vous abonner par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

DANS L'ORDRE

    Invitez Vos Amis








    Powered by OpenInviter.com

LES PERSONNAGES

ILS L'ONT DIT

ABONNEZ VOUS

Recent Readers. These are the cool and trendy people that reads my blog!Recent Readers

Beurk... Fuck 100% bon Journée de mer** Espagne... ah ! Punk Attitude Régime d'hiver
rushessay.com