Comment ça marche...

Le Blog Dont Vous Êtes Le Héros s'inspire des livres dont vous êtes le héros. Un début d'histoire va vous être proposé mais c'est vous qui allez écrire la suite ! Chaque jour, une nouvelle étape. A la fin, vous devrez voter pour la solution qui vous semble la plus opportune, comme si vous étiez le héros de l'histoire. Dès le lendemain, l'histoire continuera selon la volonté de la majorité des votants.

Les Règles...

    1- Une seule et unique mise à jour par jour.
    2- La majorité des votes décide de la suite de l'histoire.
    3- En cas d'égalité, je décide de la suite tout seul.
    4- Les commentaires peuvent influencer l'histoire.

Chouchou, glaces, boissons fraiches !

Pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, si vous ne l'avez pas encore fait, sachez que vous pouvez vous abonner à ce site par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

Précédemment dans “Si j’aurais…”

Le vendeur à la sauvette ne semblait rien comprendre à ce que je lui disais… jusqu’à ce que la moitié du billet n’atterrisse dans sa poche. “La jolie dame assise là bas ?” me demanda-t-il. Je n’eus à faire qu’un hochement de tête et il décampa sur le champs.
Pendant qu’il se rapprochait d’elle, je me mettais à couvert. L’arrivée soudaine de ce vendeur risquait d’éveiller la curiosité des surveillants de l’Est et je ne devais absolument pas être vu.

Installé à proximité de la sortie du parc, derrière un buisson, je regardais derrière mes jumelles les différents protagonistes de cette scène. D’un coté, les méchants, avec des têtes de gros méchants. D’un autre, la gentille, avec une tête de… non, il ne fallait surtout pas commencer à se disperser… avec une tête de gentille donc ! Et au milieu, un vendeur d’eau transportant de l’eau et un demi billet de 50 euros (rappel : si un banquier vous explique qu’avec un demi billet de 50 euros, vous pouvez obtenir un prêt pour acheter un appartement, ne le croyez pas ! Il s’agit soit d’un escroc, soit d’un banquier américain… qui a dit des deux à la fois ?).

Il restait encore quelques mètres à faire au vendeur mais déjà Nastasia lui indiquait qu’elle ne voulait rien. Mon messager bien évidemment s’en moquait ; cette insistance commerciale ne semblait pas non plus surprendre les deux Russes.
Il était à présent devant elle. Il lui parlait et elle semblait s’agacer, secouant ses deux mains et sa tête dans un rythme parfait. Et soudain, le drame arriva : mon vendeur tomba par terre, renversant ses petites bouteilles d’eau sur Nastasia. Il était de toute évidence meilleur comédien que commercial. Sa chute était si réaliste… d’ailleurs l’avait il fait exprès ?
Elle semblait désolée de ce qui venait d’arriver et l’aidait à présent à ramasser le stock d’eau. Elle était vraiment gentille…
Quelques mètres plus loin, les deux gars regardaient légèrement soucieux ce qui était en train de se passer sous leurs yeux… A leur place, j’aurais sans doute trouvé cela suspect… et à leur place, je n’aurais vu qu’une simple poignée de main en guise de remerciement. Une seconde plus tard, mon complice repartait avec ses bouteilles d’eau, non sans avoir déposé mon message dans la main de Nastasia.

Le vendeur se dirigea ensuite, comme je lui avais demandé, vers le Russe posté quelques mètres derrière elle. Cette fois ci, il insista plus lourdement jusqu’à profondément irriter son prospect. Rapidement, les refus devinrent insultes. Il était vraiment bon dans son rôle. Devant le vacarme, l’autre Russe arriva au secours de son collègue et poussa par terre le pauvre vendeur, tout en lui faisant signe de partir. Pendant ce temps, Nastasia avait eu tout loisir pour lire mes instructions incognito. Serait-elle d’accord ?

Pour la seconde fois en quelques secondes, le vendeur ramassait son stock, mais sans aide cette fois ci. Après avoir pris quelques mètres de sécurité, il se retourna pour insulter et dresser fièrement son majeur à ses agresseurs avant de partir, en direction de la sortie où je me cachais.

Nastasia était en train de digérer ce qu’elle venait de lire. Je venais de lui dire qu’elle était poursuivie mais surtout qu’elle allait devoir fuir. J’essayais d’imaginer  le chaos qu’il y aurait eu dans ma petite tête si, quelques années plus tôt, étudiant et insouciant, un inconnu m’avait donné ce mot.
Nastasia s’allongea dans l’herbe puis se releva. Elle faisait des abdos ! Deux séries de cinq. Tandis qu’elle s’allongeait sur le ventre, les Russes qui avaient pris de la distance pour essayer de se faire oublier, semblaient vraiment intrigués. Elle enchaîna sur une série de sept pompes. C’était le code : “Houra! Elle est d’accord”. C’était à mon tour de jouer.

Pendant qu’elle continuait sa gym, je quittais le parc. Le vendeur m’attendait derrière la murette. Je marchandais une petite bouteille d’eau contre la seconde moitié de billet puis je me dirigeais vers la station devélib située juste devant nous. Une minute plus tard, je déguerpissais sur ma monture.

900 mètres plus tard, je jetais mon vélo au sol. J’étais arrivé.
Direction le magasin de sport au rez de chaussée. Cinq minutes plus tard, je payais mes emplettes avec ma carte bleue et prenais la direction du Parc aquatique.
Vêtu de mon maillot neuf et d’un superbe bonnet de bain et après avoir mis en boule dans ma serviette mes autres achats, je me dirigeais vers la piscine et les toboggans aquatiques. Je m’installais sur un transat face à la sortie des vestiaires et déposais mes affaires. Je n’avais plus qu’à attendre.

Comme au Parc André Citroën un peu plus tôt, ce n’était pas non plus la grande foule. J’aurais bien sur préféré  qu’il en soit autrement mais je n’avais guère le choix et comme je n’avais pas eu de meilleures idées… Il nous faudra faire plus attention et surtout nous aurons besoin d’être chanceux, très chanceux.

Un bon quart d’heure plus tard, Nastasia entrait dans la piscine. Elle portait une culotte et un soutien gorge. Aucun doute possible : ce matin, en s’habillant, elle n’avait pas imaginé une seule seconde aller à la piscine. Dans une autre vie, j’aurais trouvé cette tenue tout à fait à mon goût. Là, elle était parfaitement scandaleuse. Il fallait faire vite car elle allait très vite se faire remarquer.
Personne ne semblait la suivre. Pour l’instant du moins. Sans doute étaient ils en train de se changer. D’un petit hochement de tête, elle me fit comprendre qu’elle m’avait vu.
A l’autre bout de la piscine, et un étage plus haut, il y avait du changement. Un des Russes essayait de voir au travers des vitres mises à la disposition des badauds. Avant qu’il ne regarde dans ma direction, j’abandonnais le transat, ma serviette et fonçais au vestiaire. Il fallait que je me dépêche.

A nouveau en tenue de civil, je ressortais le plus normalement possible. Je ne devais pas paniquer et me faire remarquer. Je n’avais pas vu le moindre visage suspect dans les vestiaires et je n’en voyais pas non plus dans les couloirs.
La chance semblait décidément de mon coté : mon vélib était toujours là, personne ne me l’avait volé ! Je devais encore me dépêcher. Nastasia avait déjà du récupérer les affaires que je lui avais acheté et que j’avais caché dans la serviette. Dans quelques minutes, elle serait dehors, méconnaissable, portant un ensemble survêtement - casquette du plus mauvais goût.

Quelques minutes plus tard, j’arrivais à la voiture. Merde Hugo !
Dans l’action, je l’avais complètement oublié. Son pansement saignait énormément. Il respirait encore mais pour combien de temps. D’une main, je tournais le volant, de l’autre, après avoir saisi la carte de visite du vétérinaire, je tapais son numéro de téléphone :
“Bonjour Monsieur, vous m’avez donné votre carte de visite tout à l’heure, la blessure de mon chien a empiré.
- Vous êtes toujours dans le quartier ?
- Oui !
- Très bien, venez chez moi. J’habite au croisement de la rue Balard et de l’avenue Félix Faure. Je vous attends en bas de chez moi, vous ne pourrez pas vous tromper.
- Merci beaucoup, j’arrive tout de suite”.

Si le plan s’était bien déroulé, Nastasia avait récupéré sa nouvelle tenue et ne devait pas tarder à sortir de l’Aquaboulevard. Elle était peut être déjà en train de m’attendre. Pendant ce temps, Hugo continuait à se vider de son sang et le vétérinaire m’attendait en bas de chez lui, à quelques centaines de mètres de l’aquaboulevard.

1- Hugo saigne vraiment trop et saigne surtout par ma faute. Je le dépose en vitesse à ce vétérinaire et je fonce récupérer Nastasia.

2- Je dois aller la récupérer sur le champs au risque de perdre Hugo.

Que dois-je faire ?

  • 1- D'abord le chien (64,0%, 34 Votes)
  • 2- D'abord la fille (36,0%, 19 Votes)

Nbre de votes: 53

Loading ... Loading ...

Invitez par mail vos amis à voter Invitez par mail vos amis à voter

11 commentaires pour : “Chouchou, glaces, boissons fraiches !”

  1. Ne3M a déclaré haut et fort :

    C’est grave de voter ça, mais on ne donne pas des instructions à une nana pour la sauver, si c’est pour qu’elle se retrouve sur le carreaux 5 minutes plus tard, tout ce qu’elle va trouver, c’est des russes, et elle risque de pas être contente.

    Genre : “Hé, je te sauve, je t’attends la-bas, et on se tire… Oops, j’ai oublié de venir”

    Non, son chien se vidait de son sang déjà avant d’entrer dans le parc, il aurait du y penser à ce moment là.
    Il a juste une vie humaine entre les main là.

  2. Julien a déclaré haut et fort :

    C’est grave… Le vétérinaire est quasiment sur le trajet… et puis le chien, il l’aime et il le sait fidèle…
    En même temps, cette femme il commence aussi à bien l’aimer… rhooooooooo, c’est compliqué la vie de héros !

  3. Arcade a déclaré haut et fort :

    +1 pour la fille.

    Le chien il fallait l’amener chez le véto direct alors.
    Maintenant on est en pleine “fuite” organisée, on penserait pas à aller prendre un café, ben alors le chien attendra bien 20 min de plus que les russes soit plus au fesses de la fille.

  4. Cyril a déclaré haut et fort :

    Tout ça c’est la faute du chien !!! Mais bon comme je sens pas fille +1 pour le chien ;)

  5. Willhyu a déclaré haut et fort :

    Deux votes qui laisse une perspective très différentes.
    Sauver le chien ça lui éviterais pas mal de remord et d’avoir un corps encombrant. Cela pourrait aussi lui donner des info sur les qualités d’étudiante de sa chère amie qui n’est pas forcement plus en danger qu’auparavant.
    Maintenant si le type est pas net il risque d’avoir du mal à rejoindre son amie.

    S’il va la chercher en premier cela fait quand même un double voir triple risque. Car se rendre au véto avec elle cela veut dire qu’elle saura ou se trouve son chien que le veto saura à quoi elle ressemble et qu’il trainera plus longtemps dans le quartier en sa compagnie. Il aura donc été inutile qu’elle change d’apparence pour s’afficher ainsi avec lui.

    Et après tout il lui sera plus facile de la (re)sauver elle que son chien. Et cela sera un point positif dans le sens où si elle se fait embarquer par les russe c’est qu’elle n’est à priori pas avec eux.

    (cela fait quand même moment qu’on à pas vu K :p)

  6. Julien a déclaré haut et fort :

    On dirait que le chien a bien la cote ! C’est vrai que pour qui n’a jamais eu de chien, cela peut faire bizarre de le faire passer avant une femme… mais il y a quelque chose d’irrationnel avec ces grosses bêtes ! Ceci dit il reste encore une heure aux partisans de la “fille avant tout” pour se mobiliser.

  7. Xav a déclaré haut et fort :

    Je vote pour le chien. Une étudiante en médecine qui recoud mal une blessure et qui foire son pansement….ça sent la complicité à plein nez.

  8. Willhyu a déclaré haut et fort :

    La complicité certes tout le monde s’en doute un peu. Seulement la question est “Avec Qui” ?

  9. Max a déclaré haut et fort :

    La complicité c’est pas si certain. Puisque K ou les russes n’avaient pas forcement prévu, que ce type allait se retrouver dans une telle panade. Et donc c’est inimaginable de poster un de leurs agents dans l’apparte a coté du heros en prévision. Ils sont voisin, depuis.. heu… avant toute cette histoire… Et c’est impossible donc de gerer ce genre de chose… ou alors la technologie vue dans minority report existe! ^^
    ou alors c’est une sacré coïncidence… mais une grosse!
    Ou derniere solution, et celle ci me plait (etant un fan de theorie du complot):
    Notre heros est en faite manipuler depuis le debut, avec une ex femme agent double, a la solde des russes, a qui il fallait une bonne poire pour debusquer un objet mysterieusement voler par cette meme ex femme, qui est un agent double pour K. la boucle est bouclé! et hop!! (jj abrams si tu m’entend…)

  10. Ne3M a déclaré haut et fort :

    @Xav Un pansement qui pète quand on trimballe un chien de 50 kilo du 3ème jusqu’au parking, pour échapper à des russes fous, je pense que c’est presque normal ;)

    Pour moi il est clair que la fille n’est peut etre pas en danger, et qu’après tout elle est peut-être avec les russes, mais sachant qu’il à laissé son chien de coté pour aller l’aider, il se devrais de continuer.

    Maintenant, on a pas eu le choix quant à sauver le chien avant, alors bon :(

    Mais dans la logique des choses, on ne change pas d’avis toutes les 3 minutes. Surtout quand on entreprend ce genre de chose.

  11. Julien a déclaré haut et fort :

    Mais il l’aiiiiiiiiiiiime son chien ! Il pouvait pas le laisser se vider de son sang comme ça. Et puis, il l’aiiiiiiiiiiiiiiiiiiime sa voiture. Il veut pas avoir sa banquette foutue !
    De toute façon, la suite arrive et tout va s’éclairer… ou pas ;)

Laissez un commentaire

Un Jour, Un Dessin

DANS L'ORDRE

    Invitez Vos Amis








    Powered by OpenInviter.com

LES PERSONNAGES

ILS L'ONT DIT

ABONNEZ VOUS

Recent Readers. These are the cool and trendy people that reads my blog!Recent Readers

Beurk... Fuck 100% bon Journée de mer** Espagne... ah ! Punk Attitude Régime d'hiver