Comment ça marche...

Le Blog Dont Vous Êtes Le Héros s'inspire des livres dont vous êtes le héros. Un début d'histoire va vous être proposé mais c'est vous qui allez écrire la suite ! Chaque jour, une nouvelle étape. A la fin, vous devrez voter pour la solution qui vous semble la plus opportune, comme si vous étiez le héros de l'histoire. Dès le lendemain, l'histoire continuera selon la volonté de la majorité des votants.

Les Règles...

    1- Une seule et unique mise à jour par jour.
    2- La majorité des votes décide de la suite de l'histoire.
    3- En cas d'égalité, je décide de la suite tout seul.
    4- Les commentaires peuvent influencer l'histoire.

Aux sombres héros

Pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, si vous ne l'avez pas encore fait, sachez que vous pouvez vous abonner à ce site par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

Précédemment dans “Assez !” vous avez choisi :

1- Tu me fais chier. Arrête de pleurer. Ce n’est pas Ton chien mais Notre chien. Je le garde chez moi le temps qu’il récupère. Je te le ramènerai ensuite. Ciao.
2- Arrête de pleurer. Je suis désolé pour ce qui t’arrive. Personne ne m’a averti de ta libération sinon bien sur je serais venu te chercher. Dis-moi où tu es, j’arrive.

3- Arrête de chouiner comme ça. Si tu es dans la merde, ce n’est pas de ma faute. Tu n’avais qu’à pas me quitter pour un terroriste. Prends le train, rentre chez toi, je te ramène le chien ce soir ou demain. Ciao.

“Calme-toi. Je ne suis pas un salaud. Tu n’es pas une terroriste. Je reste chez moi. Tu vas partir tranquillement chez toi et je te ramènerai ton chien. Prends soin de toi. Je t’embrasse”.
Nastasia face à moi me regarde fixement. Je sens déjà le poids de son jugement sur mes épaules.
“Quoi ? Je veux juste rester avec toi. Ce n’est pas un crime non ?”.

Non, ce n’est pas un crime. Mais surement un demi-crime. Je ne sais pas si l’on peut appeler ça la solidarité féminine, la charité chrétienne, ou juste le casse couillisme, mais mon ex avait réussi à bousiller ma matinée : Nastasia avait soudainement mal à la tête, ressentait une grande fatigue.

La journée continua ainsi. Sans excès. Sans fou rire. Sans sieste crapuleuse.

A 15 heures, on prit la direction du bureau de Traisnel. 10 minutes de marche, le métro, changement de métro, 10 nouvelles minutes de marche : vive Paris !

Avoir un peu d’avance était doublement con : par définition, être en avance a pour première conséquence que l’on doit attendre ! Mais quand on est en avance et qu’on a rendez vous avec un haut responsable d’un Ministère, on attend encore plus !

Vers 16H30, Traisnel pointa le bout de son nez.
“Excusez-moi pour le retard. Venez dans mon bureau”. K travaillait dans un bureau relativement petit, dépourvu de luxe. Quelques dossiers bien rangés étaient posés ci et là : de toute évidence, il ne devait pas passer beaucoup de temps ici.
Une fois installés, K nous donna toutes les informations qu’il avait en sa possession, ou plutôt, toutes les informations en sa possession qu’il souhaitait nous communiquer.
Synthétiquement cela donnait ça :
Georges a été arrêté alors qu’il tentait de s’enfuir à Perpignan.
Georges a eu le temps de donner la puce à un complice.

Georges nie tous les faits qui lui sont reprochés.
La conjointe de Georges -mon ex-, un temps suspectée, semble être lavée de tout soupçons.
Bien entendu, nous n’avions rien à ajouter. Nous étions là, tous les deux, assis comme à l’école primaire, à écouter le maître. Il dictait sa leçon sans que nous ne puissions intervenir. Puis arriva le moment des questions : “Avez-vous quelque chose à ajouter ?”. Il connaissait déjà notre réponse : non, bien sur.

Traisnel enchaîna ensuite sur des remerciements, sur notre courage, notre implication… bla bla bla… Sans doute aveuglé par tant de considérations, je n’ai pas vu où il souhaitait nous amener. De toute façon, je ne pense pas que j’aurais pu y faire quelque chose…

“C’est pour cela que j’ai besoin que Nastasia nous donne un nouveau coup de main“.
Là aussi, j’avais l’impression d’être sur les bancs de l’école, vous savez quand le professeur vous pose une question alors que vous rêvassiez.
“Hein ? Nastasia ? Mais pourquoi ?”.
Nastasia ne bougeait pas. Elle attendait la suite. Elle ne semblait pas inquiète ou énervée.
“Georges ne suspecte pas Nastasia. D’après nos informations, l’information comme quoi une jeune Russe pouvait dérober du matériel est remontée jusqu’au premier niveau des trafiquants. C’est pour cette raison que nous souhaitons que Nastasia aille sur le terrain et nous aide à faire tomber ce réseau”.

Un sourire nerveux s’affichait sur mon visage. Comment osait-il mettre sa vie en péril, elle qui n’était qu’une gamine, qui n’avait aucune expérience policière ou militaire. Comment…

“Très bien, j’accepte. Par quoi je dois commencer ?
- Attendez, ce n’est pas aussi simple. Votre aide nous serait très précieuse. Toutefois, vous devez être consciente que cela comporte de nombreux risques et que ces risques pourraient mettre votre vie en danger. Discutez en tous les deux. Je vous laisse une heure”.

Sitôt K sorti, Nastasia prenait la parole : “Ne fais pas cette tête ! Tu sais, c’est une superbe opportunité pour moi : non seulement je pourrais avoir sans aucun doute la nationalité française, mais en plus, je peux, tout en faisant quelque chose d’excitant, aider ton pays a démanteler un réseau de trafiquants et de terroriste.
- Mais tu peux te faire tuer bordel ! je n’ai pas envie de te perde !”.
Nastasia ne voulait pas parler des risques ou du moins ne voulait pas en entendre parler. La discussion était animée, tendue. J’avais si peur de la perdre.
L’heure passa très vite. Nos positions n’avaient pas évolué : elle voulait le faire, je ne le voulais pas.

K fit son retour et ne s’embêta pas de périphrases :
” Alors ? Quelle est votre décision ?”.

Je ne pouvais pas rester là, sans rien faire. Je devais absolument dire un truc.

1- Écoute, bien que je ne partage pas ta décision, j’ai bien compris ce qui te motivait à le faire. Si tu veux le faire, je serai avec toi.

2- J’ai bien compris ce qui te pousse à vouloir accepter. Cependant, je pense que c’est une énorme connerie et je ne compte pas rester là à te voir faire la plus grosse connerie de ta jeune vie. Si tu acceptes ce poste, tu n’entendras plus jamais parler de moi.

3- J’ai bien compris tes arguments. Je ne les partage pas. Toutefois, tu es majeure, tu fais donc ce que tu veux et comme je suis également majeur je fais moi aussi ce que je veux. Donc, fais ce que tu veux. Moi je sors. Si tu veux sortir avec moi j’en serais ravi. Sinon, je serai sans doute là où tu m’as laissé quand tu reviendras.

7 commentaires pour : “Aux sombres héros”

  1. Ne3M a déclaré haut et fort :

    Elle a failli le tuer la dernière fois qu'il lui a fait un sale coup, la raison devrait lui dicter de la soutenir.
    Surtout qu'il l'a faché du matin…

  2. Simon a déclaré haut et fort :

    J'ajouterais tout de même qu'il faut demander qq garanties à K et pas partir en touriste cette fois.

  3. Guyot a déclaré haut et fort :

    Ce jeune homme se laisse complètement marcher sur les pieds… Il faut qu'il réagisse et qu'il envoie tout bouler… Ce n'est pas comme s'il n'y avait qu'une seule russe sur la terre!!! En plus travailler pour des keufs!!! C'est pire que les mecs de l'ANPE!!!

  4. LBDVELH a déclaré haut et fort :

    Enfin… K… lui il dit bonjour !

  5. Simon a déclaré haut et fort :

    Allons chercher les emmerdes, c'est plus rigolo :P

  6. Raleur a déclaré haut et fort :

    M. LBDVELH ya un problème ! Les épisodes de la saison 2 n'apparaissent pas dans le menu de droite…

  7. LBDVELH a déclaré haut et fort :

    Oui je sais…
    Je voulais changer de thème pour plus de visibilité… et au final, je n'ai rien fait : ni thème nouveau, ni ajout des liens…
    Je vais ajouter les liens, ce sera plus simple !

Laissez un commentaire

Un Jour, Un Dessin

Il semble que ce soit votre première visite : soyez le ou la bienvenu(e) !
Pour tout comprendre du site, je vous invite en premier lieu à lire nos règles.
Ensuite, prenez quelques minutes et lancez vous dans l'aventure : commencez par le premier épisode et vous ne pourrez plus vous arrêter.
Enfin, pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, je vous conseille de vous abonner par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

DANS L'ORDRE

    Invitez Vos Amis








    Powered by OpenInviter.com

LES PERSONNAGES

ILS L'ONT DIT

ABONNEZ VOUS

Recent Readers. These are the cool and trendy people that reads my blog!Recent Readers

Beurk... Fuck 100% bon Journée de mer** Espagne... ah ! Punk Attitude Régime d'hiver