Comment ça marche...

Le Blog Dont Vous Êtes Le Héros s'inspire des livres dont vous êtes le héros. Un début d'histoire va vous être proposé mais c'est vous qui allez écrire la suite ! Chaque jour, une nouvelle étape. A la fin, vous devrez voter pour la solution qui vous semble la plus opportune, comme si vous étiez le héros de l'histoire. Dès le lendemain, l'histoire continuera selon la volonté de la majorité des votants.

Les Règles...

    1- Une seule et unique mise à jour par jour.
    2- La majorité des votes décide de la suite de l'histoire.
    3- En cas d'égalité, je décide de la suite tout seul.
    4- Les commentaires peuvent influencer l'histoire.

Si tu vas à l’entrepôt…

Pour recevoir les prochaines histoires dès leur sortie et ne plus rater un vote, si vous ne l'avez pas encore fait, sachez que vous pouvez vous abonner à ce site par RSS ou bien par mail. Plus d'infos ici. Merci et bonne visite!

Précédemment dans “Assez !”, vous avez choisi :

1- Me rendre à l’entrepôt dans lequel Nastasia devait livrer la marchandise et tenter de la faire partir.

2- Foncer voir Traisnel et lui dire que soit il sortait Nastasia de là, soit je prévenais la presse en livrant toute l’histoire.

“Allez, dépêche, on y va.

- Où ?

- DTC ! Chercher Nastasia ! Tiens mets ça.

- Mais tu es fou, tu veux qu’on me prenne pour une pute ?”. D’un hochement de tête, elle comprit que je voulais qu’elle porte cette micro jupe en latex. Visiblement, elle tirait la gueule, mais après tout, c’était elle qui avait acheté cette tenue.

Si cette journée devait bien se terminer, je pense toutefois que mes ennuis ne s’arrêteront pas de sitôt : Georges, furieux mais attaché, hurlait de tout son corps. Par chance, j’avais trouvé dans leur attirail un admirable bâillon qui étouffait ses hurlements. Le fait qu’il soit ligoté et le cul à l’air lui donnait un aspect beaucoup moins menaçant. Pourtant, je savais déjà qu’il ne me le pardonnerait pas.

Je lui jetais un dernier regard, sincère, plein de compassion. Je fermais la porte.

Direction le Sud de Paris, dans les environs d’Orly.

Extirper des renseignements n’est pas trop compliqué dès lors que celui qui détient les informations est attaché et livré à la furie de sa conjointe ivre de vengeance. Tenu par les couilles, au sens propre comme au figuré, Georges n’avait pas tenu plus d’une minute avant de nous livrer tout ce qu’il savait : adresse, nombre de véhicules et même un numéro pour joindre Nastasia. Toutefois, il a insisté qu’il ne fallait pas la contacter pour sa propre sécurité et de plus, il ne connaissait pas le code que lui avait donné Traisnel : selon ce qu’ils avaient convenu, Nastasia ne devait répondre à aucun appel et ne devait rappeler que les numéros lui envoyant un certain code par SMS. Autant dire qu’il serait compliqué voire impossible de la joindre.

Durant les quelques mètres qui nous séparaient de la voiture, je pus constater que la tenue de mon ex faisait son effet : les hommes la dévoraient des yeux tandis que les femmes lui jetaient des regards hargneux. Rien de nouveau me direz vous : les hommes apprécient les belles choses et les femmes sont toujours méchantes.

Mon ex me demanda à nouveau l’adresse pour la saisir dans son GPS ultra moderne, genre un gps TomTom One XL Europe, et puis se terra dans un silence. La tension était palpable. Même si, au final, il n’y avait pas eu de violence, nous avions torturé Georges. Et à présent, nous nous rendions dans un entrepôt pour extirper Nastasia des mains de trafiquants d’armes.

Mon ex n’avait à aucun moment essayé de se défiler. Elle n’avait rien d’héroïque. Elle se sentait juste coupable car elle savait qu’elle avait participé à envoyer Nastasia au milieu de ces assassins.

On avait beau approcher de notre terminus, je n’avais toujours pas l’ébauche d’un plan. J’avais emprunté à Georges quelques “ustensiles” à tout hasard mais je n’étais vraiment pas certain de les utiliser… je n’aurais surement pas l’occasion d’utiliser les menottes… et encore moins les vibros…

L’entrepôt se trouvait à proximité d’une gare de triage. A quelques mètres de l’entrepôt, on pouvait voir des dizaines de rails qui se chevauchaient ainsi que quelques trains dans un piteux état (pas aussi beaux que celui-là, hein Mathieu ?).

L’entrepôt en question ressemblait ni plus ni moins qu’à un autre entrepôt. Rien n’indiquait la présence de personnes à l’intérieur, pas plus qu’à l’extérieur d’ailleurs. Un rapide tour du quartier en voiture nous faisait vite comprendre pourquoi ce lieu avait été choisi : il n’y avait quasiment pas d’âmes qui vivent, à l’exception de quelques clochards et junkies. Leur trafic pouvait s’effectuer en toute tranquillité.

On garait finalement la voiture dans une ruelle, face à l’entrepôt mais relativement éloignée. Ainsi, on pouvait voir sans être vu.

La nuit me parut terriblement longue. Je n’arrivais qu’à somnoler quelques instants et me réveillais, paniqué, persuadé que Nastasia était morte.

Autour de nous, rien ne bougeait. L’entrepôt était plongé dans le noir et mon ex, blottie contre moi, dormait à poings fermés.

Finalement, vers 5 heures du matin, je m’endormais à mon tour pour n’être réveillé que plusieurs heures plus tard par un téléphone portable. La sonnerie ne m’extirpa pas tout de suite de mon sommeil. Sa sonorité était des plus désagréables (de toute évidence, il n’avait pas lu le tutoriel de Cyril) mais elle était entrée dans mes rêves : je voyais Nastasia onduler son corps au rythme chaotique de cette musique. Et puis, tout d’un coup, un déclic s’opéra dans ma petite tête : c’était une chanson Russe !

J’ouvrais les yeux terrifiés. Le jour s’était levé depuis bien longtemps et à quelques mètres de la voiture, deux russes patrouillaient. L’un d’entre eux en décrochant son téléphone laissa apparaître un holster et un pistolet à l’intérieur de sa veste. Tout en discutant, ils se dirigeaient droit vers la voiture.

1- Je démarre la voiture et je file à toute vitesse, en espérant qu’ils n’arriveront pas à nous tirer dessus.

2- Je laisse glisser délicatement la tête de mon ex sur mon bas ventre pour leur faire croire que je bénéficie des charmants services d’une prostituée.

Votes minimum : 85

[email_link]


[poll id="39"]

Ps : bon anniversaire Cyril et Mathieu.

15 commentaires pour : “Si tu vas à l’entrepôt…”

  1. Gilles a déclaré haut et fort :

    Quel bonheur… je ne sais pas si la première solution va avoir beaucoup de succès, surtout si ton lectorat est à dominante masculine… Le coup de la pitié ça marche toujours…faut juste être dénué d’amour propre.

  2. carole a déclaré haut et fort :

    Bien vu, les 2 choix qui n’en sont pas….
    La suite doit etre écrite par une femme, le texte ressemble à du San Antonio remixé.
    A la prochaine, pour faire du vrai jamais lu!

  3. Gilles a déclaré haut et fort :

    … moi j’ai pas lu San Antonio, alors fais toi plaisir toi écrivain!

  4. Julien a déclaré haut et fort :

    J’imagine que derrière ce délicieux commentaire se cache une incompréhension venant des propos tenus par la journaliste de Télématin qui a présenté le site hier…

    Le site ne propose pas (encore) aux lecteurs d’écrire les prochains chapitres, comme cela a été dit à la télé. Néanmoins, il est tout à fait possible de proposer des suites plus ou moins longues en commentaires ! Je lis les commentaires et le plus souvent j’en tiens compte (dernier exemple en date, se référer aux lamentations de ce cher Gilles ;)).

    Après, qu’est ce que j’y peux si le héros est un goujat un brin macho ? (et puis, j’ai jamais lu de San Antonio d’abord !)

  5. bball a déclaré haut et fort :

    De toute facon, il faut se rappeller comment elle est habillée. Cela suffira pleinement à des hommes et encore plus des russes :)

  6. Igor a déclaré haut et fort :

    Il est évident que démarrer en trombe ne donnera rien de bon.
    Ensuite, avec la tenu, le lieu etc.. la seconde peut être crédible. Après, il est clair que les choix sont soit trop peu nombreux, soit trop orientés.

    Je trouve aussi que 4 épisodes dans l’appart de son ex, c’est un peu beaucoup, même si le sujet est tentant, je ne suis pas certains qu’il faille développer trop ce genre de passage.

  7. carole a déclaré haut et fort :

    En fait, nou pourrions continuer à la JAMES BOND: Voyage, reve ou cauchemard, nouvelle vie ou mort certaine, dans tous les cas, découverte….
    Nastasia russe affairiste nouvelle riche, sort son revolver, direction avion “privé secret” pour Moscou, et voilà notre héros entouré par les monuments forme de baba au rhum….
    Quels seront ses ressentis, ses réactions, ses idées, ses projections????
    A vous…

  8. Gilles a déclaré haut et fort :

    AAAAAhhhhhhh, le succès!!! Tu m’en donneras des nouvelles Julien…

    Moi j’aime bien le rappel des bonnes manières au p’tit dèj, même s’il y avait 15 autres propositions, j’aurais choisi celle-ci ;), après, il faut pas oublier la classe du bonhomme, il est plus probable qu’il se prenne une dérouillée par les lascars russes, qu’il ne réussisse à se glisser discrètement dans un jet privé… Ce héros là ne se nomme pas James, juste il se nomme pas… En général, sauf quand il n’y a aucun risque pour lui, il est plus wagon que locomotive… C’est dans sa femme affriolamment habillée que se trouvent toutes les pistes d’une suite… de ce que j’en dis…

  9. Julien a déclaré haut et fort :

    Je n’aurais que deux mots à rajouter aux propos de Gilles :
    “ou pas” !

  10. gege a déclaré haut et fort :

    hâte de voir comment tu vas t’en sortir !!!! en fait c’est pour cela que j’ai choisi cette alternative…. au boulot !

  11. Willhyu a déclaré haut et fort :

    Julien tu devrais quand même faire attention tu va finir par froisser de potentielle lectrices avec ton perso au tendances misogyne s’il ne s’en prend pas une bientôt.

    C’est tout de même dangereux de rester là à porté de tir de russe qui viennent de recevoir un appel et se rappelle peut être encore sa tête ou risque de ne pas le laisser repartir mettant en grand péril l’opération en cour.

    En plus pas très malin de se balader avec son ex en telle tenue pour retrouver une belle russe.
    On dirait que tu ne l’apprécie plus.

  12. Julien a déclaré haut et fort :

    Le héros est un peu “maladroit”, un brin grossier, il a humour un petit peu lourd et une tendance inconsidérée à faire les mauvais choix… mais il n’est ni misogyne ni idiot…

  13. Gilles a déclaré haut et fort :

    C’est nous qui le faisont choisir… Bonjour la solidarité, je vois que les rats se font la malle de l’épave…

  14. giemza a déclaré haut et fort :

    pas inspirée pour la suite a plus tard !!

  15. giemza a déclaré haut et fort :

    no comment !

Laissez un commentaire

Un Jour, Un Dessin

DANS L'ORDRE

Recent Readers. These are the cool and trendy people that reads my blog!Recent Readers

Beurk... Fuck 100% bon Journée de mer** Espagne... ah ! Punk Attitude Régime d'hiver